Skip to Navigation

Francia

Francia · 22.05.2016


Au 158e jour de grève des factrices et facteurs de Rivesaltes, le collectif Nuit Debout de Perpignan décidait de venir faire son AG à Rivesaltes auprès des grévistes. Malgré la satisfaction de la quasi totalité de leurs revendications, Il reste à renégocier le paiement des jours de grève (ils n’ont perçu aucun salaire depuis le début du mouvement), mais surtout le point de crispation principal concerne la sanction disciplinaire à l’encontre d’un représentant syndical. Hier, toujours aussi déterminé, ils invitaient à participer à un débat public sur la nécessité des services publics et des libertés syndicales.

JPEG - 44.8 ko
JPEG - 40.4 ko

Une quarantaine de personnes avait répondu à l’appel. Dans le débat, ce qui ressortait le plus c’était d’abord, à travers cette lutte exemplaire, un sentiment de dignité retrouvée face à l’arbitraire et l’efficacité de la solidarité. Également, était débattu le comment faire pour trouver les convergences des différentes luttes. Certains, peut-être, avec une petite arrière pensée de récupération, proposaient que le mouvement social se traduise à terme en solution politique. Proposant même la création de la 6e République.

Derechos Humanos, Francia · 14.02.2016

Contra el proyecto de retirada de la nacionalidad, existen las "armas de la inteligencia, la no-violencia, el honor y el humor..."

facilitado por los compas de : http://www.paroleslibres.lautre.net/spip.php?article1913&var_mode=calcul

Un grupo de anarcos franceses envian una carta satírica a Hollande, recordandole su procedencia remota y el futuro posible de un pais que "entregará a una mujer blanca que no necesitará editar leyes xenófobas...."

 

Mieux vaut en rire...

Contre le projet de déchéance de la nationalité, il y a les « armes de l’intelligence, la non-violence, l’honneur et… l’humour », comme le revendiquent les 500 signataires d'une lettre ouverte à François Hollande à qui ils demandent... la déchéance de leur nationalité. Humour encore, de la part d'un collectif saintongeais qui revendique la nationalité éthiopienne « en vertu du droit du sang »... animaux-frep © Frep animaux-frep © Frep

Tout commence avec un éditorial de Bob Siné, dans Siné Mensuel de janvier, où le dessinateur et caricaturiste politique ouvre le feu : « J'aimerais beaucoup être déchu de ma nationalité. Je n'en ai qu'une, mais c'est une de trop. J'aimerais être apatride, libéré de cette estampille que je n'ai pas choisie. » […] Et de conclure par cet appel : « Brulons nos papiers d'identité. Effaçons toutes traces d'appartenance à une quelconque nation. Devenons des êtres humains sans étiquette... et crachons à la gueule des tous les nationalistes. »

Message reçu... sur l'île d'Oléron, en Charente-Maritime, par Jean-Marc Raynaud, membre de la Fédération anarchiste et responsable des Éditions libertaires (ICI). Inspiré par l'édito de Siné, il écrit de sa plus belle plume une lettre, signée avec quatre autres compères, au Président de la République, pour lui demander officiellement leur déchéance de nationalité (texte intégral à la suite de cet article).

Dans leur missive, envoyée à l'AFP et largement reprise par les médias, ils accusent François Hollande de « jouer avec les allumettes ». « Si demain le pouvoir va à l'extrême droite, elle n'aura pas à faire ses propres lois, elles existeront déjà. C'est irresponsable politiquement. On n'a pas le droit de jouer avec les valeurs de la République. Même si je suis anarchiste, je suis un républicain dans l'âme », accuse Jean-Marc Raynaud. « Ma démarche est purement symbolique, assure-t-il, Je ne veux pas interpeller le gouvernement, je n'y ai jamais cru, mais je veux ouvrir les yeux au peuple. Je veux parier sur son intelligence. »

Retour à l'envoyeur, en quelque sorte, découvrant l'existence de cette initiative sur le Web, Siné rejoint ses premiers signataires et explique au Monde que c'est « une manière de dire qu'on ne peut plus vivre dans ce pays stupide, qu'on ne sait plus où on en est, que les migrants sont traités comme des voyous, même si on n'en est pas encore à vouloir leur piquer leur pognon comme au Danemark ».

Trois semaines après sa publication, 500 personnes ont rejoint les FTP (Francs Tireurs et Partisans d'une citoyenneté mondiale). 

DESCENDANTS DE LUCY

L'humour est communicatif. C'est de Saintes, à quelques kilomètres de l'Ile d'Oléron, que vient d'être catapultée une « Lettre ouverte au Président de la République sur la binationalité » ((texte intégral à la suite de cet article) par le Collectif saintongeais contre la prolongation de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et leur constitutionnalisation. Créé lors d'une réunion informelle le 3 février, il réunit une vingtaine de militant-e-s de la Ligue des Droits de l'Homme, du Parti de gauche, d'Attac, de Stop Tafta, notamment. « Nous avons choisi l'arme de la dérision et de l'absurde pour nous faire entendre, explique Jean-Yves Boiffier, militant d'Attac et président du salon du livre de Saintes, face à une situation qui laisse beaucoup de gens de gauche un peu désemparés. »

Dans leur courrier, les membres du collectif informent François Hollande qu'ils ont « entrepris auprès de l’ambassade concernée les démarches légales nécessaires pour obtenir la nationalité éthiopienne. Et nous l’obtiendrons sans peine en vertu du droit du sang puisque, parmi nos ancêtres comme parmi les vôtres, figurent des éthiopien-ne-s : la science a prouvé depuis longtemps que tous les êtres humains sans exception descendaient de Lucy, dont le squelette âgé de 3 millions d’années a été découvert en 1974 précisément en Éthiopie ».

« Vous pouvez ainsi d’ores et déjà nous compter au nombre de tous les binationaux sur lesquels vous faites peser la lourde menace de déchéance et dont nous partageons, solidaires dans les actes, le sort. Selon votre pouvoir bientôt constitutionnellement discrétionnaire, votre humeur nous « renverra » en Afrique, terre de nos ancêtres. Nous livrons ainsi notre sort entre vos mains. »

L'humour, comme arme fatale pour dénoncer les crétins et démasquer les imposteurs ? Pour l'écrivain chilien, Luis Sepulveda, emprisonné puis exilé de son pays par le régime du général Pinochet, dans les années soixante-dix., « l’humour a toujours été un facteur essentiel de propagande dans les luttes contre la dictature ».

 

*

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

SUR LA BINATIONALITÉ

 

 Collectif saintongeais contre la prolongation de l’état d’urgence,

la déchéance de nationalité et leur constitutionnalisation

 

Saintes, le 10 février 2016

 

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-anselme/blog/110216/mieux-vaut-en...

Francia, Químicas · 17.01.2016

GOODYEAR : LA VRAIE VIOLENCE EST DU CÔTÉ DE L’ÉTAT ET DE LA JUSTICE BOURGEOISE !

 - 15 janvier

 

Goodyear : La vraie violence est du côté de l’état et de la justice bourgeoise !

Quand le 12 janvier dernier, la justice condamne 8 anciens salarié-es de l’usine Goodyear à 9 mois de prison ferme dans le cadre de leur lutte contre la fermeture de leur usine, c’est un nouveau signe envoyé par l’Etat et les patrons, que leur vision du soi-disant « dialogue social », c’est « marche ou crève », et si possible, crève en silence et sans te révolter.

Le patronat peut ainsi jeter à la rue des milliers de salarié.es, les conduisant tout droit vers la précarité, voire le suicide, avec la complicité d’un gouvernement et de sa « justice ».

 

redifunde: CGT rrii

Francia · 17.01.2016

L’APPEL DES GOODYEAR (CGT GOODYEAR AMIENS NORD) a François Hollande

Dirigida a François Hollande

 

 

Pour la première fois depuis un demi siècle un gouvernement a demandé que soit requis des peines de prison ferme contre des syndicalistes pour avoir participer avec les salariés à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine.

 

En même temps qu’ils préparent la suppression dans quelques mois de plus 1000 articles du Code du travail, Hollande, Valls et Macron ont décidé de déclencher une répression sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises.

Francia · 17.01.2016

Notre solidarité est indispensable avec les grévistes d’OMS-Paris Habita

MANIFESTATION MERCREDI 20 JANVIER 2016 à 11h de PARIS HABITAT, 21 bis RUE CLAUDE BERNARD 75005 Paris (métro Censier Daubenton) à l’HÔTEL de VILLE de PARIS où une délégation demandera à être reçue

117 ème jour de grève, OMS voyous, PARIS HABITAT complice !

En grève depuis le 21 septembre 2015, 120 jours aujourd’hui, les grévistes sont baladés par le donneur d’ordres, la Ville de PARIS, qui gère l’Office Public HLM PARIS HABITAT, et OMS qui se comporte comme une entreprise négrière avec des méthodes de voyous qu’elle applique également dans les hôtels qu’elle a en sous traitance, notamment dans ses filiales hôtelières Luxury Cleaning Services et SOLITIS.
La VILLE de PARIS via PARIS HABITAT, le donneurs d’ordres, est complice de fait de ces pratiques, tout comme le groupe ACCOR dans l’hôtellerie.
Les salariés d’OMS-PARIS HABITAT ont toujours besoin de notre soutien.

 

redifunde: CGT rrii