Skip to Navigation

Francia

Francia · 24.09.2016

Depuis l’opération César en 2012 la ZAD est devenue un symbole : de la possibilité d’empêcher leurs projets nuisibles ici et ailleurs comme de celle de déployer des zones d’autonomie face au pouvoir et à l’économie marchande. Après un printemps marqué par un mouvement social bouillonnant, celles et ceux qui entendent nous gouverner vont tout faire pour que la politique ne déborde plus du cadre d’un spectacle électoral auquel plus grand monde ne croit. Nous vivons au coeur d’un désastre environnemental et social sur lequel illes prospèrent et duquel illes sont bien incapables de nous sortir. Depuis la ZAD, entre autres, grandit l’idée que l’on puisse concrètement reprendre en mains nos vies et réinventer le politique. C’est pour cette raison que son existence est aussi insupportable aux gouvernant.e.s et aussi précieuse pour d’innombrables personnes. La ZAD soulève des espoirs tenaces qui la dépassent. Que l’on se sente porté.e par cette lame de fond ou que l’on perçoive au quotidien la joyeuse solidité de ce qui s’est construit ici, il apparaît absolument impensable que la ZAD soit broyée demain sous les coups de la police et les chenilles des tractopelles. Ceci est un appel à la défendre, coûte que coûte.

Ce texte s’adresse à tout.e.s celles et ceux qui voudraient participer à la résistance sur le terrain ou de plus loin. Son objet est d’informer sur ce qui nous semble aujourd’hui crucial pour les mettre en échec, ainsi que sur l’état d’esprit dans lequel nous nous préparons. Nous vous invitons à le diffuser largement.

Francia · 06.04.2016

Solidaires international n° 92 - mars 2016

Bulletin Solidaires

SOMMAIRE

  • Brésil : qui défend les intérêts des travailleurs et travailleuses ?
  • Appel international : pour le droit à la santé, partout et pour tous et toutes !
  • Autogestion, contrôle ouvrier : échangeons, débattons, créons…
  • Honduras : l’Etat est responsable des assassinats de militant-es
  • Algérie : les syndicalistes autonomes arrêtés, tabassés…
  • Barcelone, Saragosse : transports en grève !
  • Turquie : des nouvelles de nos camarades de Renault Bursa
  • Formation syndicale : zapatistes, autonomie, anticapitalisme
  • Grèce : une caravane de solidarité avec les dispensaires autogérés
  • Egypte : vérité sur l’assassinat de Giulo Regeni, halte à la répression
  • Syrie : 5 ans après, le peuple veut toujours la chute du régime
Francia · 02.04.2016

#NuitDebout : « Nous étions endormis et nous nous réveillons » (La "NocheenPie": estábamos dormidos y nos despertamos.)

(traducción rápida del lid de la noticia)

¿Es este el comienzo de un movimiento que podríamos definir como "mar de fondo" o tal vez como "oleada"? ¿Es el anuncio de una "marea ciudadana" que haría salir a las calles a franceses de todos los sectores con ganas de discutir y de protesta, gritando su desconfianza abismal hacia sus representantes elegidos y hacia un sistema? ¿Es este el preludio de un proceso que podríamos considerar "revolucionario"?

La palabra no asusta a los miles de jóvenes reunidos en la Plaza de la República en la noche del 1 de abril. Por el contrario, los exalta, los fortalece, los une. Esto marca su ambición, un horizonte mucho más amplio que la derogación de la famosa "ley trabajo" y que ha tenido el mérito de crear un poti-poti entre primavera árabe, movimiento "Occupy Wall Street" y "indignado" de todo tipo, de manera particular los de España origen de Podemos.

 

Est-ce l’amorce d’un mouvement qu’ils rêveraient « lame de fond » ou peut-être « déferlante » ? Est-ce l’annonce d’un « sursaut citoyen » qui mettrait dans la rue des Français de toutes conditions avides de protester et débattre, en criant leur défiance abyssale envers leurs élus et envers un système ? Est-ce le prélude d’un processus dit « révolutionnaire » ?

Le mot ne fait pas peur au millier de jeunes gens réunis place de la République dans la nuit du 1er avril. Au contraire, il les exalte, les renforce, les unit. Il marque leur ambition, un horizon bien plus large que la simple abrogation de la fameuse « loi travail » et qui a le mérite de les associer pêle-mêle au printemps arabe, au mouvement « Occupy Wall Street », et aux « indignés » de toute sorte, particulièrement ceux d’Espagne à l’origine de Podemos.


enlace con artículo completo de Le Monde: http://dom.cat/ter