Skip to Navigation

Francia

Migrantes, Francia · 19.12.2015

Des adolescents portent plainte pour violences policières LE MONDE | 18.12.2015 à 22h3

 

Dénoncer des violences policières à la justice à 15 ans est généralement impensable quand on vit dans un quartier populaire. Le juge, cet homme qui condamne et éloigne quelques mois, parfois plus, un frère, un voisin, est rarement considéré comme un allié. Dix-huit garçons et filles du 12e arrondissement de Paris ont pourtant franchi le pas. Jeudi 17 décembre, avec le soutien de leurs éducateurs, ces lycéens ont signalé des faits de « violences volontaires aggravées », d’« agression sexuelle aggravée », de « discrimination » et d’« abus d’autorité » de la part de policiers au procureur de la République de Paris. Leur quotidien était devenu invivable. La plainte est déposée contre X, mais dans toutes les têtes « X » a un nom : les « Tigres », comme se surnomment les policiers de la brigade de soutien de quartier (BSQ).

Partagez un sandwich avec ces jeunes du quartier Reuilly-Montgallet, un quartier dense mais pas franchement difficile coincé entre la gare de Lyon et la place de la Nation, ils vous expliqueront : les contrôles, c’est au minimum une fois par jour. Parfois plus. Certains dérapent. Les violences dont ils parlent ont eu lieu entre l’été 2013 et l’été 2015. Seules ont été retenues pour la plainte celles pour lesquelles des témoins pouvaient confirmer leurs dires. Une enquête préliminaire a été confiée à l’inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices. La police n’a pour le moment pas souhaité réagir.

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/12/18/espece-de-libanais-de-merde-connards-sales-noirs-des-adolescents-portent-plainte-pour-violences-policieres_4834472_1653578.html#YzAFOPhdZPguzR5F.99

 

Francia · 02.12.2015

"Qui sème l’impérialisme récolte le terrorisme" ; "quien siembra imperialismo, cosecha terrorismo"

On les aura entendu dénoncer les paradis fiscaux, les parachutes dorés, les comptes en Suisse, sur un ton d’une grande fermeté, mais jamais aussi affirmé que lorsqu’ils déclarent : « La France est en guerre ! »

Les hemos oido denunciar los paraisos fiscales, los blindajes salariales de oro, las cuentas en Suiza, con un tono de gran firmeza, pero jamás tan firmemente como cuando declaran: "Francia está en guerra"

La guerre pour nous évoque les restrictions, la traversée de Paris avec des valises bourrées de cochonnailles, les tickets d’approvisionnement. Mais les temps ne sont plus au marché noir.

Para nosotros la guerra evoca restricciones, cruzar Paris con las maletas llenas de comida de estraperlo, las cartillas de racionamiento. Pero ya no son tiempos de mercado negro.

« Consommez ! » nous disent-ils. Il n’y a aucune raisons pour que cela s’arrête, au contraire ; ce ne sont pas les attentats du 13 novembre qui vont changer nos habitudes : « restons en vie ! Consommons ! » …Tout en continuant à faire des économies sur les services publics.

"¡Consumid!" nos dicen. No hay razón alguna para que esto se pare,al contrario; no debemos cambiar nuestros hábitos por los atentados del 13 de noviembre: ¡seguimos vivos!"

La vidéo de présentation du repaire est à voir ici:

https://www.youtube.com/watch?v=eMIUOqv6kMk&feature=youtu.be

Francia · 02.12.2015

"SI LE CLIMAT ÉTAIT UNE BANQUE IL SERAIT DÉJÀ SAUVÉ"

  

*Phrase prononcée par Hugo Chávez le 16 décembre 2009 lors de la COP 15.

Dimanche 29 novembre place de la République, plus de 300 personnes ont été interpellées et plus de 150 ont été placées en garde à vue.

Extrait d’un reportage d’Anaëlle VERZAUX et de Gaylord VAN WYMEERSCH, à écouter en cliquant ici:
http://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/si-le-climat-etait-une-banque

 

 

Francia · 27.11.2015

Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

Le 24 novembre, le préfet de Dordogne a ordonné la perquisition d’une ferme du Périgord vert. À la recherche de « personnes, armes ou objets susceptibles d’être liés à des activités à caractère terroriste », les gendarmes ont fait chou blanc. Sur les 1 233 perquisitions administratives menées en France, les abus commencent à s’accumuler.